COMMUNIQUÉ DE PRESSE - 1 million de signatures valides pour sauver les abeilles et les agriculteurs









COMMUNIQUÉ DE PRESSE


1 million de signatures européennes valides pour sauver les abeilles et les agriculteurs


Une étape historique pour arrêter la guerre contre la nature



BRUXELLES, BELGIQUE, 10 OCTOBRE 2022 - L'initiative citoyenne européenne (ICE) Save Bees and Farmers a franchi le cap du million de signatures valides. Les certificats de 27 États membres de l'UE ont été acceptés et la Commission européenne a déclaré l'ICE réussie. Ce succès marque la volonté très claire et très forte des citoyens de l'UE de réduire fortement l'utilisation des pesticides. Les 1,1 million de citoyens de l'initiative demandent l'élimination progressive des pesticides de synthèse et la restauration de la Nature dans les zones agricoles. Dans un second temps, les organisateurs seront invités par la Commission et, dans les trois mois qui suivent, une audition au Parlement européen aura lieu pour échanger avec les députés européens sur les demandes de l'ICE.


L'ICE “Save Bees and Farmers” demande :

  • Une suppression progressive de 80 % de l'utilisation des pesticides de synthèse d'ici 2030 et de 100 % d'ici 2035;

  • Une restauration de la biodiversité sur les terres agricoles;

  • Un soutien financier aux agriculteurs pour la transition vers des pratiques agroécologiques.


Martin Dermine, le principal représentant de cette ICE et directeur exécutif de PAN Europe a déclaré :

"C'est la septième ICE réussie et déjà la deuxième contre les pesticides [1]. C'est un signal démocratique fort envoyé aux décideurs européens et nationaux pour qu'ils écoutent les citoyens et s'éloignent des pesticides toxiques. Les agriculteurs et la science ont montré que l'agroécologie peut nourrir le monde sans produits chimiques. Il est grand temps que nos politiciens cessent d'écouter l'agrobusiness et commencent à travailler pour l'avenir de nos enfants."


Helmut Burtscher-Schaden, représentant principal adjoint de l'ICE (GLOBAL 2000, Amis de la Terre Autriche) ajoute :

"Dans de nombreux pays de l'UE, les ministères de l'agriculture semblent avoir une foi malsaine dans les bienfaits de l'agrobusiness ou une relation trop étroite. Par conséquent, ils visent à empêcher les changements qui permettraient de libérer notre système alimentaire de sa dépendance aux produits chimiques. La collecte d'un million de signatures valides pendant la pandémie de Covid est cependant un signal fort pour une transition vers une agriculture respectueuse du climat et des abeilles."


Noa Simón, l'une des personnes fondatrices de l'ICE, directrice scientifique de BeeLife, vétérinaire, écotoxicologue et apicultrice a déclaré :

"Les apiculteurs et toute personne attentive à son environnement réalisent à quel point cette ICE est nécessaire. D'ailleurs, les preuves scientifiques de la nocivité des pesticides pour la santé humaine, animale et environnementale sont sans équivoque. Nous devons radicalement réduire leur utilisation et aider les agriculteurs dans ce processus. Heureusement, les gouvernements nationaux ont entre leurs mains deux outils pour réaliser ces deux objectifs: le règlement sur l'utilisation durable des pesticides, actuellement débattu, et la politique agricole commune, qui définit sa mise en œuvre. Plus d'un million de citoyens européens ne comprendraient pas que les gouvernements de l'UE manquent cette occasion."


Une étape historique : l'environnement n'est plus entre les mains du lobby chimique

La voix forte de la société civile marque la fin d'une époque où les décisions concernant notre environnement au niveau européen et national étaient dominées par les producteurs de produits chimiques. Depuis les années 60, la révolution verte a poussé les agriculteurs à utiliser des semences brevetées, des doses élevées d'engrais artificiels et une quantité toujours plus grande de pesticides de synthèse. Ces intrants rendent l'agriculture intensive complètement dépendante des produits agrochimiques et des combustibles fossiles. Les agriculteurs font le travail mais ce sont les négociants et les industriels, ainsi que leurs actionnaires, qui récoltent les bénéfices. Les organisateurs de cette ICE demandent un changement : “les agriculteurs méritent un revenu décent avec des prix équitables et un avenir sain pour leur exploitation et leur famille !”


Une mesure urgente et nécessaire

Le modèle d'agriculture chimique a un coût élevé pour la société. La biodiversité s'effondre, nos sols sont épuisés, l'eau est contaminée, les agriculteurs sont empoisonnés et notre santé est menacée par les résidus de pesticides présents dans notre alimentation. Notre paysage est devenu toxique en raison de l'expansion des monocultures industrielles.


À un moment très important

Actuellement, les institutions européennes discutent d'une nouvelle loi sur la réduction des pesticides qui réglementera l'utilisation des pesticides pour de nombreuses années à venir. Le résultat aura d'énormes répercussions sur la Nature et la Santé en Europe. Le lobby des pesticides craint une baisse de revenus et ses alliés soulèvent de vives protestations dans de nombreux pays.


En l'honneur de Rachel Carson : nous disons non à un Printemps silencieux

Il y a soixante ans, Rachel Carson publiait son célèbre ouvrage Printemps silencieux. Elle lançait au monde un avertissement important : l'utilisation des pesticides conduira à un monde mort. Des pesticides comme le DDT ont été interdits, mais nous avons manqué l'occasion de prendre "l'autre voie" qu'elle décrit dans le dernier chapitre de son livre. Au lieu de cela, les pesticides ont été remplacés par de nouveaux, souvent encore plus toxiques pour les insectes et l'environnement que le DDT. Nous sommes maintenant au pic des pesticides, le monde n'a jamais utilisé une telle quantité de pesticides auparavant. Soixante ans plus tard, nous voyons clairement venir ce “Printemps silencieux”, avec une forte diminution des populations d'insectes et d'oiseaux dans de nombreuses régions. La voix forte des citoyens derrière notre ICE est un hommage au travail de Rachel Carson. Nous avons besoin de toute urgence d'un changement de paradigme pour mettre fin à cette guerre contre la Nature et au système mortifère en place. C'est ce que réclament aujourd'hui un million d'Européens. Nous ne voulons pas d'un “Printemps silencieux”. Nous voulons ramener la vie, les fleurs et les insectes dans les champs. L'avenir de l'agriculture consiste à travailler avec la Nature, et non à la détruire.


Seule une agriculture respectueuse de la nature nous apportera la sécurité alimentaire

L'avenir de notre alimentation dépend de sols sains qui nourrissent des plantes saines et résistent aux sécheresses. La préservation de la biodiversité est la seule option pour assurer la production alimentaire à long terme. La science est claire : l'utilisation continue d'engrais et de pesticides de synthèse entraînera la mort des sols et l'effondrement total de la pollinisation et de la production alimentaire. La voie vers une sécurité alimentaire durable et un avenir pour nos enfants, nos petits-enfants et les générations à venir est un monde où nous vivons en équilibre avec notre environnement, sans l'empoisonner.


Organisateurs

L'initiative citoyenne européenne a été organisée par Générations Futures (France), Global 2000 (Autriche), Aurelia Stiftung, BUND et l' Umweltinstitut München (Allemagne), Romapsis (Roumanie) et les organisations européennes : Beelife-European Beekeeping Coordination, Friends of the Earth Europe, PAN Europe, Slow Food International et l'Association européenne des apiculteurs professionnels (EPBA). Elle a été soutenue par plus de 200 organisations de tous les pays de l'UE. Les signatures comportant les données personnelles formellement requises ont été recueillies dans tous les États membres. Dix pays [3] ont atteint le seuil minimum fixé par l'UE et, combiné au nombre total de signatures valides, cela en fait une demande officielle à l'ordre du jour de la Commission européenne et du Parlement.



[1] Jusqu'à présent, 94 ICE ont été lancées et seulement 7 ont réussi à collecter 1 million de signatures validées. En 2017, l'ICE “STOP Glyphosate” a réussi à collecter 1,07 million de signatures validées, demandant l'interdiction du glyphosate, plus de transparence sur les tests de toxicité de l'industrie et la suppression progressive des pesticides.


[2] Le 22 juin 2022, la Commission européenne a proposé un nouveau règlement sur l'utilisation durable des pesticides, visant à réduire l'utilisation et les risques des pesticides de 50% jusqu'en 2030. Cette proposition va maintenant être discutée au Parlement européen et au Conseil européen afin de convenir d'un règlement final dans l'année à venir. https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/qanda_22_3694


[3] Pour être valide, une ICE doit recueillir plus d'un million de signatures valides dans l'UE et atteindre un seuil minimum dans au moins 7 États membres. Les 10 pays qui ont atteint le seuil minimum de l'UE sont l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l'Allemagne, la Hongrie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Roumanie et l'Espagne.




--------------------- Fin ---------------------


Pour plus d'informations, veuillez contacter

BeeLife Coordination apicole européenne: Kata Gócs, responsable de communication, comms@bee-life.eu ou visitez www.bee-life.eu ou www.savebeesandfarmers.eu



Téléchargez le communiqué de presse en pdf


Mots-clés :