Conclusions de l'atelier sur Le Bee Hub: Construisons l'avenir des données sur les pollinisateurs

- English -



Le 27 février 2021, les membres de BeeLife ont été invités à participer à un atelier interne interactif de BeeLife sur l'avenir du Bee Hub, notre plateforme en cours de développement pour centraliser et communiquer les données relatives aux pollinisateurs.


La deuxième session de formation en ligne pour 2021 a présenté aux membres le niveau de développement de la plateforme The Bee Hub, actuellement en cours de développement en tant que plateforme prototype du partenariat apicole de l'UE sur la santé des abeilles (EU Bee Partnership), financée par l'EFSA. La plateforme vise à rassembler des données relatives aux pollinisateurs provenant de sources diverses, à les traiter et à les transformer en informations accessibles au public afin d’améliorer la prise de décision à différents niveaux.


Les membres de BeeLife, en particulier les associations apicoles nationales et régionales, ont activement participé à l'atelier afin de fournir un aperçu direct de leurs besoins et attentes. Ces précieux commentaires seront pris en compte dans la construction et l'expansion futures du Bee Hub. Nous avons également réfléchi à la manière d'améliorer la collaboration entre les membres et BeeLife.

L'une des principales conclusions de la discussion a été que nous tendons tous vers un objectif commun : améliorer les conditions pour les pollinisateurs en Europe. L'équipe de BeeLife se réjouit de la confiance que les participants ont placée dans nos activités et du soutien général qui permettra au Bee Hub de continuer à se développer.


Cet article résume certains points clés de l'atelier.



Principales conclusions de l'atelier The Bee Hub.


Les participants ont apporté une contribution cruciale sur deux sujets principaux concernant The Bee Hub.


1. Les efforts des membres en matière de collecte de données et leur participation potentielle à The Bee Hub en tant que fournisseurs de données.


Les participants nous ont donné bon un aperçu de leurs efforts en matière de collecte de données. Tous les participants ont répondu qu'ils collectaient des données d'une manière ou d'une autre. Principalement par le biais de formulaires et avec le soutien de superviseurs techniques, les participants recueillent des données socio-économiques auprès des apiculteurs. Les participants ont noté qu'ils recueillaient un large éventail de données, notamment :


• Le nombre de ruches/colonies.

• L'exposition aux pesticides et les interactions avec les cultures dans les environs du rucher.

• Distribution géographique des apiculteurs et des colonies.

• Suivi des prix des produits apicoles.

• Distribution commerciale des produits apicoles.

• Taux de mortalité hivernale.

• Migrations des colonies.

• Stratégies de lutte contre le varroa.

• Rendements des produits apicoles.

• Années d'expérience de leurs membres.

• Données de surveillance numérique.

• Événements d'intoxication.


Cette liste n'est pas exhaustive mais seulement le témoin d'un vaste effort de collecte de données pour évaluer l'état du secteur et planifier des stratégies au sein des associations. Parmi les principales utilisations des données figurent la fourniture de services d'information à leurs membres, l'analyse statistique, le plaidoyer et l'amélioration de la prise de décision relative à la gestion des ruchers.


Les participants publient souvent leurs données dans leurs canaux numériques et imprimés pour les mettre à la disposition de leurs membres. Ils le font également sous différents formats, qu'il s'agisse de publications scientifiques, de rapports ou même de systèmes d'alerte en ligne.


Les participants ont donné un message inspirant de collaboration en déclarant qu'ils sont, en principe, prêts à devenir des fournisseurs de données pour le Bee Hub et à partager leurs données. BeeLife doit adapter les accords de partage de données afin de garantir la protection de la vie privée et la sécurité des données.


2. Réflexions sur l’avenir du Bee Hub


Tout d'abord, les participants nous ont aidés à identifier, de leur point de vue, les défis et les risques liés à l'adhésion au Bee Hub (en tant que fournisseurs de données ou autres) et les avantages attendus de la plateforme. Ils nous ont également aidés à imaginer un avenir idéal pour la plateforme.


Les défis : Les participants ont semblé converger sur trois difficultés critiques concernant l'utilisation des données sur les abeilles, les apiculteurs, les pollinisateurs et l'environnement pour l'avenir du Bee Hub.

  • Le manque de standardisation des données entraîne des difficultés importantes de communication: En tant qu'agents sur le terrain, les projets et les autorités collectent les données différemment selon leur spécialité, l'orientation du projet ou même les pratiques culturelles. Cette divergence dans la collecte des données crée des conditions complexes pour le transfert des données et la comparaison d'ensembles de données provenant d'origines différentes. Ces conditions compliquent également le développement de réseaux de partage de données au-delà de transferts incomplets de données. Un autre problème est que les données collectées à différents niveaux sont souvent limitées et ne sont pas communiquées au-delà du champ d'application initial (données régionales non reliées ou comparées avec les données nationales).

  • Une confiance insuffisante entre les apiculteurs (mais aussi les porteurs de projets, associations, ou agriculteurs) qui rend difficile la collaboration et même la collecte et le partage des données : Ce problème varie selon le contexte, mais dans des pays comme la Belgique, la Roumanie et la Suède, il entraîne un défi sociologique important qui bloque les efforts nouveaux et plus ambitieux qui pourraient bénéficier à toutes les parties impliquées. D'autres facteurs tels que le secret commercial et les préoccupations en matière de sécurité (pour éviter les vols de ruches) et de réputation jouent également un rôle dans la promotion de l'individualisme.

  • Les apiculteurs et les agriculteurs sont très divisés et manquent de plateformes pour coopérer : Même si l'apiculture et l'agriculture trouvent des chevauchements importants dans leurs intérêts et leur gamme d'activités, elles sont encore trop divisées. Cette perception rend la collaboration difficile. Cependant, il existe une possibilité d'améliorer cette division (qui est directement lié à la vision de BeeLife).


Risques liés à la participation à The Bee Hub : Les participants ont pour la plupart répondu de manière positive au développement du Bee Hub et à leur participation potentielle en tant que fournisseurs de données. En raison de la confiance qu'ils accordent à BeeLife, les participants n'ont pas anticipé de risques importants liés à leur participation à la plateforme. Cependant, ils ont souligné que les protocoles de sécurité des données et la confidentialité doivent continuer à se développer, principalement pour assurer la protection des apiculteurs locaux et des informations sensibles.

Avantages attendus du Bee Hub : Les participants ont souligné trois avantages qu'ils attendent de la plateforme The Bee Hub. Il s'agit de services qui stimuleraient les activités actuelles et futures au sein de leurs réseaux.

  • Les données et le statut socio-économique du secteur apicole : Les participants attendent de la plateforme qu'elle permette une présentation du développement du marché apicole en Europe (et éventuellement dans le monde), accessible et facile d'utilisation. La plateforme devrait pouvoir fournir un outil visuel comparatif permettant de comprendre les conditions du marché et leur position en matière de productivité et de prix. Un tel outil pourrait également être une ressource pour comparer les meilleures pratiques et identifier les recommandations de gestion applicables localement.

  • Une plateforme pour améliorer les collaborations : Les participants ont convenu que The Bee Hub devrait devenir non seulement un outil de visualisation public mais aussi un outil permettant aux parties prenantes (associations apicoles, projets, autorités) de partager des données au sein de leurs réseaux. The Bee Hub pourrait également fournir les moyens appropriés pour aider les participants à rendre leurs efforts publics et même stimuler la communication de données.

  • Un outil pour améliorer le plaidoyer : Les participa