Le seul taux de perte d'abeilles sauvages acceptable à cause des pesticides devrait être de 0% !

Les abeilles sauvages sont vulnérables, le seul taux de perte d'abeilles sauvages acceptable à cause des pesticides devrait être de 0% !

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), les États membres de l'UE et la Commission européenne discutent du niveau d’atteinte/de perte acceptable des populations d’abeilles sauvages et des pollinisateurs lié aux pesticides.

La Commission européenne a demandé à l'EFSA en mai 2019 de réviser le « Guide pour l'évaluation des risques des produits phytopharmaceutiques sur les abeilles (Apis mellifera, Bombus spp. et abeilles solitaires) » publié en 2013.

Dans le cadre de cette révision, les ministres de l'agriculture de l'UE ont défini l'objectif de protection spécifique (dit SPG pour Specific Protection Goal en anglais) à 10% pour les abeilles mellifères (le seuil maximal de perte acceptable sur la force de la colonie pour les abeilles mellifères en raison des pesticides est de 10% - donnée de juin 2021). Avec cette décision, les États membres de l'UE ont déjà favorisé les agriculteurs au détriment des apiculteurs et de la nature.

La révision est toujours en cours et, après avoir défini le SPG pour les abeilles domestiques, les parties se concentrent maintenant sur la définition des SPG pour les bourdons et les abeilles solitaires. Pour soutenir ce processus, l'EFSA a publié fin janvier 2022 une analyse technique intitulée "Analysis of the evidence to support the definition of Specific Protection Goals (SPGs) for bumble bees and solitary bees" [1].

Après avoir reçu cette analyse technique de l'EFSA, la Commission européenne a entamé une discussion avec les États membres afin de convenir d'objectifs de protection spécifiques harmonisés (ce qui signifie que les États membres doivent convenir d'un nombre commun) pour les bourdons et les abeilles solitaires. En bref, cela signifie que ces institutions discutent maintenant de la perte acceptable (en %) de ces animaux en lien avec l’utilisation des pesticides.

Cette étude technique publiée par l'EFSA, et qui sert de base à la décision des Etats membres sur les SPG, inquiète BeeLife, la coordination apicole européenne.

Le document soulève plusieurs questions et prévoit dangereusement que les ministres européens de l'agriculture acceptent comme norme une perte de 10% des abeilles sauvages (comme ils l'ont fait pour les abeilles domestiques).

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des principales préoccupations de BeeLife concernant l'analyse technique.

1/ L'analyse de l'EFSA indique qu'il y a un manque de connaissances et de recherches disponibles sur le sujet, ce qui entraîne de grandes lacunes dans les données.

Lorsque les informations sont insuffisantes, le principe de précaution doit être appliqué, ce qui signifie que le niveau de protection des bourdons doit être maximal (0% de perte) jusqu'à ce que les données permettent de définir des seuils spécifiques.


2/ La question clé utilisée par l'EFSA comme base de cette analyse et pour établir le SPG des bourdons est la suivante : « Les colonies peuvent-elles devenir suffisamment fortes pour fournir des services de pollinisation et produire des reines afin de pouvoir établir de nouvelles colonies la saison suivante ? »

Le règlement (CE) n°1107/2009 concernant la mise sur le marché des produits phyto-pharmaceutiques [2] stipule qu'un nouveau pesticide introduit sur le marché ne peut avoir d'effet inacceptable sur l'environnement.

Sur la base de ce règlement, BeeLife estime que les colonies doivent être en mesure de se développer et de se reproduire au maximum de leur potentiel et que la question permettant de définir les LPS doit être reformulée comme suit : « Un pesticide X réduit-il la force et la fonctionnalité des colonies de bourdons ? ».


3/ En théorie, suite à la décision des États membres, les approches pour définir les objectifs de protection spécifiques pour les abeilles domestiques et les abeilles sauvages devraient être différentes.

Quelle est la différence entre l'approche adoptée par l'EFSA pour les abeilles mellifères et les abeilles sauvages ?


Le fait d'établir à 10 % les pertes de taille de colonies d'abeilles mellifères dues aux pesticides est déjà très problématique. Premièrement, elle contredit une évaluation des risques scientifiquement fondée. En 2013, l'EFSA a proposé une valeur acceptable de 7% basée sur des preuves scientifiques pour l'évaluation des risques liés aux pesticides. D'autres nouvelles études sur le terrain ont démontré la possibilité de détecter jusqu'à 5 % d'impact des pesticides sur la force des colonies [3]. Néanmoins, les cosignataires d'une lettre publiée en 2021 dans Nature affirment que le seul niveau véritablement acceptable d'impact des pesticides serait de 0 % [4].


Les abeilles sauvages sont encore plus vulnérables que les abeilles domestiques (car elles ne bénéficient pas du soutien des apiculteurs), la Coordination apicole européenne BeeLife demande aux États membres de l'UE de ne pas reproduire le processus mis en place pour les abeilles domestiques, nous demandons de fixer à 0% le niveau acceptable de perte pour les bourdons et les abeilles solitaires en raison de l'exposition aux pesticides.

Chronologie du processus:


2009

- Règlement (CE) no 1107/2009 du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques


2011

- Règlement (UE) n o 546/2011 de la Commission du 10 juin 2011 portant application du règlement (CE) n o 1107/2009 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les principes uniformes d’évaluation et d’autorisation des produits phytopharmaceutiques


2013

-Guidance on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees)

- EFSA propose a 7% acceptable value based on scientific evidence for pesticide risk assessment


2019

- La Commission européenne demande à l’EFSA de réviser le "Document guide pour l’évaluation du risque pesticides sur les abeilles” (Apis mellifera, Bombus spp. and solitary bees)


2020

- L'EFSA publie une analyse complémentaire pour des gestionnaires de risques sur les objectifs de protection spécifiques (OPS) pour les abeilles - Analyse de la variabilité de fond de la taille des colonies d'abeilles mellifères


2021

- Les Ministres européens en charge de l’Agriculture définissent l’objectif de protection spécifique (Specific Protection Goal, SPG) à 10% pour les abeilles mellifères (= la valeur maximale pour la perte acceptable de force d’une colonie d’abeilles mellifères liées à l’utilisation des pesticides)


2022

- EFSA publie une analyse technique: "Analysis of the evidence to support the definition of Specific Protection Goals (SPGs) for bumble bees and solitary bees"

- Les Etats Membres discutent des Objectifs de protection spécifique harmonies pour les bourdons et les abeilles solitaires

Bibliographie:

[1] EFSA - Jan 2022, Analysis of the evidence to support the definition of Specific Protection Goals for bumble bees and solitary bees

[2] REGULATION (EC) No 1107/2009 concerning the placing of plant protection products on the market

[3] Osterman J et al. 2019. "Clothianidin seed-treatment has no detectable negative impact on honeybee colonies and their pathogens". Nature Communications, 10(1): 692.

[4] Fisher, A. 2021. "Protect pollinators — reform pesticide regulations." Nature 595, 172. https://doi.org/10.1038/d41586-021-01818-x